• L'ONG (organisation non gouvernementale) Wildlife Justice Commission s'inquiète. D'après elle,le braconnage d'espèces en danger risquerait d'augmenter, alors même que les gouvernements dirigent toute leur attention sur la gestion du coronavirus et des mesures de confinement. Les réseaux criminels pourraient bien profiter du fait que les parcs soient fermées,que les patrouilles soient réduites dans les aires protégées ou encore que les ressources consacrées au respect des lois se concentrent sur les soucis engendrés par le Covid-19.D'importantes saisies ont eu lieu en Asie et en Afrique depuis le début du confinement : six tonnes d'écailles de pangolins ont été retrouvées le mois dernier en Malaise et des stocks d'Ivoire récupères au Laos,au Vietnam ou encore au Cambodge. Wildlife Justice Commission estime qu'il est important de renforcer le contrôle aux  frontières tandis que le braconnage pourrait augmenter et que les réseaux criminels s'adaptent à la situation. En février, la Chine a interdit le commerce,le transport et la consommation d'animaux sauvages ce qui aurait entraîné la mise en place de stocks d'écailles de pangolins ou d'ivoire dans les pays d'Asie du Sud-Est.

     

    source : 20minutes.fr


    1 commentaire
  • Après les canards qui se baladaient près de l'Opéra de Paris (peut être pour préparer un nouveau spectacle qui sait...) une portée d'adorables renardeaux a été photographiée au cimetière du Père Lachaise dans le 11e arrondissement de la capitale. Cette portée serait née environ deux mois avant le confinement.Ce n'est pas tout,d'autres animaux ont été observés un peu partout dans le monde. Un puma s'est aventuré dans les rues de Santiago (Chili),des paons à Madrid... la liste est encore longue. Visiblement,les mesures de confinement  ont entraînés la présence de ces visiteurs pas tout à fait comme les autres.  En effet,les bêtes ne craignent plus la présence de l'homme et se baladent donc à leur guise dans les villes.Si vous aussi vous avez photographié un animal inhabituel près de chez vous,n'hésitez pas à partager votre photo dans les commentaires ou par mail.

    source : scienceetavenir.fr/ouest-france.fr

     Photo : [Gribouille]

     

     
     

    votre commentaire
  •  Photo : [Gribouille]

     

    Depuis le vendredi 24 avril, les propriétaires de chevaux sont autorisés à se rendre dans les  centres équestres (fermés au public en cette période de confinement) afin de s'occuper de leur équidé préféré. Les propriétaires des chevaux peuvent désormais "  se déplacer dans leurs prés ou dans les centres équestres pour aller nourrir,soigner ou assurer l'activité physique indispensable à leurs animaux " a indiqué    Didier Guillaume le ministre de l'Agriculture . Toutefois, ces déplacements ne sont autorisés que si les centres équestres ne sont pas en mesure d'assurer eux-mêmes la totalités des soins. Les propriétaires de chevaux doivent se munir d'une attestation de déplacement en cochant la case de" motif familial impérieux". Cela montre bien que  les animaux domestiques font partis de la famille ! Cette décision est une véritable aubaine pour les propriétaires des chevaux (et les chevaux eux-mêmes) qui peuvent enfin rendre visité à leur animal adoré,mais on peut se demander pourquoi elle n'a pas été prise plus tôt. Sachant qu'il  n'est possible d'aller voir son cheval que si,les centres équestres ne peuvent pas assurer la totalité des soins,on espère que depuis le début du confinement,les chevaux ont été sortis et bien choyés ! Rappelons aussi que de nombreuses personnes se sont pris une amende en allant nourrir et soigner leur équidé ! 

    Source : 20minutes.fr

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique