• Pas si taupe comme nouvelle

    L'ONG (organisation non gouvernementale) Wildlife Justice Commission s'inquiète. D'après elle,le braconnage d'espèces en danger risquerait d'augmenter, alors même que les gouvernements dirigent toute leur attention sur la gestion du coronavirus et des mesures de confinement. Les réseaux criminels pourraient bien profiter du fait que les parcs soient fermées,que les patrouilles soient réduites dans les aires protégées ou encore que les ressources consacrées au respect des lois se concentrent sur les soucis engendrés par le Covid-19.D'importantes saisies ont eu lieu en Asie et en Afrique depuis le début du confinement : six tonnes d'écailles de pangolins ont été retrouvées le mois dernier en Malaise et des stocks d'Ivoire récupères au Laos,au Vietnam ou encore au Cambodge. Wildlife Justice Commission estime qu'il est important de renforcer le contrôle aux  frontières tandis que le braconnage pourrait augmenter et que les réseaux criminels s'adaptent à la situation. En février, la Chine a interdit le commerce,le transport et la consommation d'animaux sauvages ce qui aurait entraîné la mise en place de stocks d'écailles de pangolins ou d'ivoire dans les pays d'Asie du Sud-Est.

     

    source : 20minutes.fr


  • Commentaires

    1
    Dimanche 3 Mai à 21:00

    tres bon article 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :