• Il y a quelques temps,on vous avait parlé d'adorables petits renards qui s'étaient installés au cimetière du Père Lachaise. Et une bonne nouvelle vient de tomber pour eux et les amis des animaux : les goupils pourront rester là où ils sont. L'association Paris Animaux Zoopolis s'était opposé à tout déplacement de ces animaux et est donc ravi d'avoir gagné le combat. La bande est composé de quatre mignons renardeaux âgés d'environ un mois et demi et de leurs parents. Des renards avaient déjà été aperçus dans d'autres cimetières en banlieue mais point dans la capitale. La ville de Londres en abrite quand à elle une importante population. Très malins et débrouillards,ces animaux savent adapter leur régime alimentaire au territoire dans lequel ils vivent. En ville, s'ils ne trouvent pas de souris ou de rats,ils peuvent faire les poubelles sans aucun problème. Cependant,il faut à tout prix éviter de les nourrir.De toute manière l'animal craint l'homme et ne se laissera donc pas approcher. Le renard est en effet classé comme un animal nuisible. Entre 600 000 et un million d'individus seraient chaque année victimes de la chasse d'après l’association pour la protection des animaux  sauvages (ASPAS). Pourtant,cet animal est loin d'être nuisible. Il régule les petits rongeurs,limitant ainsi les risques de transmission de la maladie de Lyme  et éliminent les animaux malades ou les cadavres ! Il est donc temps que son image change car c'est un animal gentil et très utile à la biodiversité (comme tout les animaux)

    Ps : si un jour vous prenez des photos de ces renards,n'hésitez surtout pas à nous les partager happy

     

    Source : libération.fr


    3 commentaires
  • Cette vidéo vous explique en moins de 3 minutes,la triste réalité des delphinariums.Beaucoup de personnes s'y rendent afin de voir des spectacles d'orques,de dauphins ou encore d'otaries. Malheureusement,les animaux sont forcés de faire leur numéro même s'ils sont fatigués ou qu'ils n'en ont pas envie. Or le but premier des parcs tels Marineland n'est pas de la protection de ces animaux. Ces derniers sont beaucoup plus heureux dans la mer ou dans l'océan où ils peuvent nager comme ils le souhaitent. Or dans ce genre de parcs, leurs bassins sont minuscules ! La reproduction d'orques et de dauphins détenus en captivité en France est interdite depuis mai 2017. Un bon début ! Mais pour vraiment les aider, n'allez surtout pas dans les delphinariums. Si vous souhaitez voir des phoques ou encore des dauphins,nul besoin de prendre l'avion. Ces animaux vivent en France ! Vous pourrez ainsi observer des phoques en Bretagne ou en Normandie (notamment dans la Baie de Somme, près de Mervile-Franceville ou au Mont St Michel) et les dauphins du Pays Basque jusqu'à la Bretagne ou encore en Méditerranée. De nombreuses excursions permettent d'observer ces animaux sans les déranger alors renseignez vous !

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

    Dans les centres équestres , les cours vont pouvoir reprendre progressivement mais pas n'importe comment. Les règles pourront varier en fonction des clubs mais certaines restent de mise.Ainsi,les cavaliers devront de préférence apporter leur propre matériel comme les brosses.Quand aux parents,ils devront rester à l'extérieur de l'écurie pour éviter au maximum les regroupements. Il est également très important de se laver les mains avant et après sa leçon. Les effectifs des cours pourront être réduits et les créneaux déplacés. Mais malgré les efforts mis en place,les centres d'équestres ont perdu beaucoup d'argent.En effet,le printemps est la saison où balades et compétitions reprennent. Quand aux stages pendant les vacances de Pâques,ils ont été annulés. Si certains clubs s'en sortent relativement bien,les petites structures pour qui le tourisme et les vacances représentent quasiment la totalité du budget annuel sont réellement en danger.Certains clubs sont menacés de fermeture. Si des mesures ne sont pas prises rapidement pour venir en aide aux clubs notamment aux plus petits,les conséquences risquent d'être catastrophiques. S'occuper des chevaux et des écuries a un coût très important même pour les structures qui ne sont pas très grandes. En cas de fermeture,non seulement des gens perdront leur travail mais en plus que fera t'on des poneys et des chevaux ? Heureusement,dans le monde de l'équitation, on a plus d'un tour dans son sac. En Bretagne,des ventes aux enchères sont organisés sur les réseaux sociaux afin d'aider les clubs en difficulté. Enfin,les 6 500 poneys-clubs et centres équestres français ont créer une plate-forme d'aide en ligne. Si vous souhaitez aider votre centre équestre préféré ou bien aider les établissement équestres les plus en difficulté,vous pouvez faire un don juste ici. Maintenant,il ne nous reste plus qu'à croiser les doigts pour que les centres équestres et les poneys-clubs puissent continuer à accueillir leurs cavaliers et à prendre bien soin de leurs montures préférées !


    Source : franceinfo.fr et ouestfrance.fr

    Photos : [Gribouille]

    bien retrouver


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique